Tranche de baignoire

Publié le par Poulpette

bain-sakura.jpg

Retourner bosser c’est épuisant, la preuve j’ai pas écrit depuis une semaine. Ah ben non en fait c’est juste que j’avais rien à raconter. Ceci dit y’a eu pas mal de changement dans mon boulot, le gnome s’est mis à marcher et on ne peut plus l’arrêter.  Ce qui soulage grandement mon dos et mon bras gauche. Oui, je le portais sur un seul bras, histoire de garder l’usage de ma main droite pour des choses aussi triviales que l’ouverture des portes et des portières, la fouille frénétique des poches pour trouver les clés (et pourtant, vu la taille du porte-clés, ça devrait être évident, c’est une peluche Bourriquet), l’arrimage du doudou pour éviter toute projection intempestive de la chose dans une flaque (il adore le balancer, essentiellement dans la flotte, que ce soit la baignoire ou la gamelle de flotte du chien)… A propos du chien, vous savez, ce truc de la taille d’un veau avec de longs et soyeux poils noirs qui font la joie de l’aspirateur, figurez-vous qu’il a tendance à se carapater et à déambuler dans le centre-ville, et donc ils le gardent enfermé la journée, avec son panier, sa gamelle… Et c’est là que je me rappelle que je préfère les chats. Un chat, ça a une litière. Ça se soulage pas sur un parquet ancien, ça laisse pas de flaques sournoises devant l’escalier sur le sol en marbre (oui, ils ont du plancher ET du marbre, c’est classe mais c’est super froid pour mes petits tentacules). Je dis sournoise parce que bien sûr personne ne l’avait vue, enfin le grand frère avait marché dedans, mais il ne s’en est pas rendu compte. J’y ai marché dedans également et je m’en suis rendu compte immédiatement, j’suis du genre à pas supporter de porter des chaussures quand c’est pas indispensable. La sensation chaussettes trempées, c’est assez particulier, j’suis pas fan, et impossible de garder mes chaussures sans chaussettes, c’est insupportable. Voilà comment j’ai passé 3 heures pieds nus sur un sol en marbre… Après avoir couché le gnome et lavé les sols ça va sans dire…

 

Enfin voilà, passé le moment d’émerveillement face au gnome marcheur (qui, juste avant les vacances titubait péniblement en s’accrochant de tout son poids à une main secourable), retour à la routine, les trajets sur l’autoroute plus ou moins chargée, les connards qui roulent comme des pieds, les gnomes qui hurlent à la crèche (passer sa journée avec 5 à 10 bébés hurleurs, perso j’pourrais pas), le gnome qui bavouille joyeusement sur mes fringues… Ah tiens, une autre nouveauté, il est passé par la case dermato durant les vacances, et je dois donc le laver avec un savon antiseptique, sans savon, sans parfum et sans paraben, mais pas sans odeur nauséabonde, puis le tartiner d’une crème pendant 6 jours, puis d’une autre crèmes les 6 jours suivants… Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, il a une conjonctivite, ce qui implique des gouttes dans les yeux. Enfin là, c’est surtout une crème à lui coller dans le coin de l’œil. Rien que le fait d’essuyer bave et sécrétions nasales avec un banal mouchoir, un gant ou une lingette suffit à le plonger dans un état quasi-hystérique. J’vous laisse donc imaginer le drame quand il s’agit de s’occuper de ses yeux.

 

Ça me fait penser au bain. Il adore aller dans l’eau, et surtout, frapper l’eau, de ses mains, avec un jouet (j’dois pas avoir l’air d’une andouille à lui parler du petit canard jaune, de la jolie baleine bleue et du petit crabe orange, et en plus ils crachent de l’eau, regarde, tu veux prendre le canard ? il est mignon le canard, et tu sais quel bruit ça fait un canard ? ça fait coin coin coin ! et la grenouille, regarde, elle est mignonne aussi non ? et elle fait… hum c’est quoi déjà l’onomatopée pour désigner le cri de la grenouille ? enfin bref zavez compris). Là où ça se complique c’est quand il s’éclabousse accidentellement la figure. Il fait ça à chaque fois, ça rate jamais, il se met à hurler à la mort. Ceci dit je suis pareille, enfin j’ai un problème avec ma figure moi aussi. Sous la douche, impossible de mettre la tête sous l’eau, les cheveux aucun problème, mais le visage, si la moindre goutte tombe dessus je l’essuie compulsivement, surtout les yeux. ‘videment que je me lave la figure, mais avec les mains ou un gant, impossible de rincer sous la douche. Pourquoi ? Aucune idée, enfin d’abord c’est parce que l’eau est trop chaude, ça brûle, mais même avec de l’eau plus froide, j’ai du mal. A la piscine, je déteste aussi avoir de l’eau dans les yeux, à la moindre goutte je dois les frotter.

 

Ah tiens, avec ça j’ai pas parlé de la loooongue conversation avec ma maman l’autre jour (p*tain, heureusement qu’on a l’illimité quand même), à base de questions cruciales et existentielles genre « Comment on sait quand on devient adulte ? » ou «  A quoi on voit qu’on est prêt à avoir des zenfants ? »… Mais j’en parlerai un autre jour, là j’vais aller au lit car (tenez-vous bien !) demain je travaille (non c’est pas là qu’il faut se tenir), je dois être chez mes patrons à 9h du matin ( c’est bon, vous pouvez déverser vos sarcasmes incrédules en imaginant le poulpe obligé de se lever à 8h du mat un samedi). J’en suis parfaitement capable. Je ferai la sieste en même temps que le gnome.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article